Pascal Nordmann – exposition 2022

un siècle de gloire – du 28 avril au 22 mai 2022

phonogrammes et cinéma

Les images exposées sont une sélection de photogrammes (images photographiques dont est constitué un film) extraits du travail d’animation réalisé en informatique par Pascal Nordmann.

Un emplacement cinéma est aménagé au Cargo permettant de visionner le film dans les meilleures conditions.

dans ce temps…

Dans ce temps où se dessine le retour des ombres néfastes, où le grondement n’est plus simplement le glissement d’un fleuve sur la plaine, mais l’écho des lueurs d’incendies au-delà du ciel à l’Est… dans ce temps, il est nécessaire de se souvenir que ce qui c’est déjà produit aura toujours la tentation de renaître.

Le savoir, c’est donner l’espoir de tenir à distance ce que nous ne voulons plus jamais revoir.

Le moyen est de conserver intacte notre curiosité et de veiller à nourrir notre humanité avec tous les petits bouts de bizarreries, d’étrangetés, de différences, d’altérités et de bonheur que nous pourrons trouver sur le chemin.

Nous n’avons pas d’autres ambitions en accueillant le travail d’artistes tel que Pascal Nordmann à l’Atelier Grand Cargo.

Yves Robert

La manière parle autant que les mots dits

Ces paysages, ces images, sont ceux de l’Europe d’autrefois. Un siècle. Presque rien. Réutilisation de cartes postales, d’encarts publicitaires. Photographies d’engins mécaniques appartenant à l’histoire. C’est la voix de l’auteur qui nous conduit à travers ce dispositif.

L’animation: c’est presque rien. Pas de grands effets numériques. Seulement ce que la petite boîte à outils basique de l’amateur d’informatique permet de faire. Rien de plus.

Les collages, animés par le souffle de l’auteur, des calculs d’une simplicité enfantine. Des personnages venus de la peinture de maîtres qu’ils soient du vingtième siècle, qu’ils soient plus anciens. Miro, Max Ernst, Pablo Picasso, Paul Klee, Jérôme Bosch … 

La musique naît du mélange des voix. Utilisation de bruits. Goutte de pluie. Chutes de pièces de monnaie. Elle peut aussi venir de la petite caisse à ritournelles électronique qui imite si bien les instruments de musique, que l’on fait chanter en posant des notes sur une portée selon une arithmétique enfantine. Mais connaît-il la musique ?


Pour parler du désastre, du plus grand naufrage: rassembler des instruments pauvres. Textes, images anciennes, voix de l’auteur, cartons superposés qui défilent à l’écran.

les intentions

« Il ne s’agit pas de montrer l’indicible ou de faire œuvre documentaire. Que l’on ne s’attende pas à trouver des images de l’innommable. Le propos est de l’ordre du deuil, de la méditation, voire de la prière ou même de l’imprécation, tout ce qui, dans la mémoire consciente, accompagne le souvenir pour le rendre supportable ou tout au moins faire comme si cela pouvait être supportable. » 

Pascal Nordmann

soutiens et partenaires

biographie

  • Pascal Nordmann
    Pascal Nordmann a vécu entre Genève, Paris et Detmold, dans le nord de l’Allemagne, où, en 1986, il fonde une compagnie de théâtre, le « Chairos Theater », qu’il dirige durant dix ans et pour laquelle il écrit des textes, met en scène et crée décors et accessoires. La compagnie tournera en… Poursuivre la lecture Pascal Nordmann

trilogie de la gloire

Dans une fête des couleurs, des sons, des mouvements, à travers une série de 156 images en hommage à Max Ernst, Pablo Picasso ou Paul Klee, Pascal Nordmann met en scène la mémoire du désastre afin de l’offrir, dans un geste de défi, aux tenants de l’éternel retour, des gloires nationales et des vieilles lunes dévoyées.

Les trois parties représentent trois volets d’un travail sur le même événement du XXème siècle: le génocide allemand perpétré contre les juifs européens.

Chacun des volets, construit autour d’un point central, comprend une exposition de 52 images, un court métrage de 18 minutes et un livret de 64 pages aux Editions de la Fondation Auer, contenant texte et images.

  • Un siècle de gloire
  • Après la gloire
  • A côté de la gloire 

un regard

Erigé comme un petit mémorial, l’oeuvre de Pascal Nordmann fait penser à ces cailloux que l’on laisse sur la tombe d’un être proche ou, plus simplement derrière soi afin de retrouver sa route si l’on venait à s’égarer. 

Comme le dit l’artiste, le travail de mémoire n’est jamais abstrait, tant il est accompagné par divers types d’émotion et, dans ce cas précis, d’émotions lourdes si l’on me permet ce barbarisme. 

La Trilogie de la gloire pourrait ainsi être comprise comme la mémoire de la mémoire, tant elle montre l’impact des événements d’autrefois sur ceux qui ne veulent, ne doivent ni peuvent oublier. 

Ainsi, le propos dépasse le contexte du seul génocide juif pour devenir une sorte de méditation sur le mal en général. 

Emeline Cusin