l’essoufflement de l’ange

. .

Angèle, un ange nage dans les eaux du détroit de La Sonde et croise le regard bleu du Grand Mérou opaline, et le poisson lui mange la mémoire. Petit à petit, les mots et les souvenirs s’échappent. Comment annoncer ce désastre à Ange, son compagnon ?

à propos

Lors de la précédente lecture-spectacle (Le journal du silence), nous interrogions la mémoire perdue d’une alpiniste, seule survivante, après une terrible chute et la mort de son compagnon. Ce personnage devait choisir entre l’anesthésie de l’oubli ou la nécessité d’affronter le réel afin de connaitre la profondeur de sa culpabilité et retrouver la continuité de la vie.

Dans L’Essoufflement de l’Ange, le processus est différent.

Un ange, présent depuis toute éternité, se trouve confronté à une variante de la maladie d’Alzheimer, soit perdre la faculté de nommer ce qui est, et en définitive devenir une inexistence – une variation de la mort pour les êtres immortels. Il dialogue avec son compagnon, un ange fonctionnaire chargé de la tenue du Grand Bordereau des Choses, le livre où tout est inscrit. Leur amour est profond et sincère, alors les deux cherchent le moyen de s’adapter, de se comprendre et de se soutenir face à la dégénérescence qui approche.

Et comme dans le tragique sommeille toujours un clown, ils dialoguent avec humour et détachement, mais jamais sans tendresse, devisent sur la valeur des actes et du temps qui passent, évaluent ce que sera leur avenir.

Pour ces êtres éternels, la présence soudaine de l’éphémère oblige à une nouvelle gravité.

Et la gravité n’est pas la tristesse.

description

texte intégral / Atelier Grand Cargo / cahier format A5 / reliure centrale avec deux agrafes / papier blanc 80gr.


une version « deluxe » sur papier spécial est disponible sur demande : CHF 8.–

formulaire de commande